Grossesse: au secours je m’ennuie!

Photo by Alagich Katya / CC BY

Photo by Alagich Katya / CC BY

Je ne sais pas pour vous, mais ayant peu de cours cette année, et étant enceinte, je m’ennuie fermement! Les nuits sont courtes (merci les insomnies) et les journées très très très longues. Elles me paraissent interminables. Quand le soir arrive enfin, je n’ai jamais été aussi heureuse que de le voir pointer le bout de son nez. Pouvoir m’asseoir contre mon homme, regarder la télévision tous les deux (trois avec poupette, quatre avec le chat qui vient se blottir contre nous), enfin les séries télévisées, est un réel plaisir. Ne penser à rien, seulement se divertir avant d’aller se coucher.

Les nuits étant brèves et ponctuées d’un long réveil, je me retrouve souvent à faire la sieste la journée (j’ai tenté de ne pas me reposer pour mieux dormir la nuit suivante et bien non, que dalle!), une petite heure, ce qui entre nous m’arrange bien parce que cela me fait une occupation. Viennent le rangement également, les envies type Valérie Damidot, et celles Christina Cordula! Après avoir choisi comment modifier la table à langer (que nous avons fini par trouver chez Ikea), en ajoutant des rideaux et des paniers, est venu le temps de la customisation des vêtements pour notre petite fille. Mais j’aborderai très certainement ce point dans un prochain article.

Les soldes ont été écumés dans tous les sens, les magasins, les boutiques en ligne, tout y passé. Même la liste pour bébé est largement entamée (sur un site, et puis un autre, puisqu’au final l’on nous a vivement conseillé d’opter pour une boutique physique afin que les personnes puissent voir ce qu’elles offrent).

Je pourrais m’occuper à faire de la pâtisserie, mais l’idée doit être laissée de côté si je veux éviter de prendre 20kg durant ma grossesse (je dois peut-être en être à 2 actuellement, la fringale s’est installée, et je la contre essentiellement avec des yaourts ou des fruits), et puis il faut l’avouer, la crainte de faire du diabète gestationnel est bien présente.

Les journées sont bien longues, et même en prenant soin de soi, en se faisant masser, le temps ne passe pas à la vitesse que je le voudrais. Oui, je me fais masser, la cuisse quelques fois, satané nerf qui a choisi de me bloquer la cuisse ces derniers jours (et qui me contraint aussi à rester chez moi)! Promener dans ces conditions ce n’est pas l’idéal, d’autant plus que certains jours je peine à plier ma jambe. Et puis cela c’est sans compter sur le temps, où la pluie est au rendez-vous quasi chaque jour.

Les cours viennent presque à me manquer (presque, il ne faut pas exagérer non plus). Je languis de repartir dans ma famille, de voir du monde, de moins ressentir cet ennui.

Et vous, comment vous occupez-vous durant votre grossesse?

Publicités

Être maman

Être maman c’est quoi?

Je ne pense pas que l’on naisse en étant maman. On le devient au fil du temps. On se cherche, on se trouve, on se blesse, on commet des erreurs et l’on repart de plus belle. Il n’existe pas de guide pour être la meilleure, la mère parfaite n’existe pas. Il y a de bonnes et de mauvaises mères, comme des cons dans la vie de tous les jours. Ça peut peut-être paraître cruel à dire, mais non, toutes les mères ne méritent pas de l’être. Quant on voit la détresse de certains enfants, le constat est sans appel.

Mais concrètement, être maman c’est quoi? Une maman ça souffre, ça pleure. Ça s’inquiète à la moindre anomalie dans son petit parcours de vie, ou qui lui paraît tel quel.

"Mom's Warmth" Photo by  Vinoth Chandar / CC BY

« Mom’s Warmth »
Photo by Vinoth Chandar / CC BY

Quand tu es seulement dans son ventre, le moindre mal, la moindre absence de mouvement, la fait s’inquiéter pour toi. Parfois cela peut démontrer un réel mal-être, mais ce n’est pas toujours le cas. Elle est, certaines fois, tellement préoccupée par ses propres tracas qu’elle ne t’entend pas. Et puis, nous vivons à des rythmes différents. Quand tout à coup elle réalise ton absence, elle se sent mal, elle panique, est désarmée. Où est son enfant? Elle s’alarme, prend peur pour lui.

Et toute ta vie elle s’inquiétera pour toi, à chacun de tes pas, même lorsque tu ne seras plus un enfant, car son enfant toujours tu resteras.

Mais être une maman ce n’est pas seulement ça. C’est aussi le bonheur de porter la vie, la joie d’accompagner son enfant, de le voir grandir et s’épanouir. Être fière de ce petit être qu’elle a engendré avec papa. Mais où est la fierté de la maman? Maman est fière de toi, et elle n’attend qu’une chose, c’est que toi aussi tu sois fier d’elle, de la femme qu’elle est, de celle qu’elle est devenue avec toi, de la mère, de l’épouse.

Je n’étais pas préparée à être maman. Personne ne l’est. Je ne pense pas que cela soit inné. Ça se découvre, ça se travaille. Chaque jour je me sens un peu plus mère avec toi. Chaque jour j’apprends de nouvelles choses. Je vois le monde différemment. Non pas que les choses aient changées, mais mon regard sur le monde et mes rapports à l’autre oui.

Être une maman c’est un apprentissage au quotidien. Un apprentissage par l’erreur mais aussi à travers les autres. On récolte des conseils ici et là, on essaie de cette manière-là, et puis quand tu es là l’on se rend compte que peut-être que cela n’est pas adapté pour toi. Alors on recommence. On cherche, on tente de nouvelles choses, jusqu’à ce que l’on trouve.

Être maman c’est merveilleux. C’est redécouvrir la vie, apprendre à l’aimer d’une autre manière, la façonner à notre image, à ton image. C’est croire en ses rêves, tout faire pour qu’ils deviennent réalité. S’affirmer en tant que femme, s’affirmer en tant que mère, en tant que compagne. Être maman c’est un peu Noël en plein été. Certes il y a les peines, la tristesse, comme beaucoup le ressentent en cette période de fêtes, mais il y a aussi tout cet amour, ces échanges, cette complicité. Une maman c’est du 100% à plein temps. Même lorsqu’elle n’a plus d’énergie elle va en puiser l’on ne sait où pour prendre soin de toi.

Être maman c’est un combat de tous les jours…

Des Galeries à Cadet Rousselle

Vendredi après-midi, chéri et moi avions choisi d’aller faire un petit tour en ville, à la recherche de vêtements pour habiller notre petit chérubin. Ou plutôt devrais-je dire notre petite « chérubine ». Car oui, nous allons être parents d’une petite fille. Et même si nous aurions été sincèrement autant heureux d’avoir un garçon, le fait de connaître son sexe nous ravi.

Nous avons pu sortir de la mixité pour acheter des petites choses plus colorées, plus féminines. Du lit parapluie aux couleurs très girly puisqu’il est glamoureusement rose avec des petites fées (lit Katherine Roumanoff disponible ici), aux tutus, robes et autres plaisirs vestimentaires.

Après avoir fait la razzia sur le site Monoprix le matin même (où j’ai commandé 1 robe, 1 tee-shirt, 3 gilets et 1 pull), j’avais en tête de me rendre aux Galeries Lafayette.

© Le bébé de Célestine

© Le bébé de Célestine

Nous sommes d’abord passés par le Printemps mais même soldés les articles étaient hors budget, puis nous avons bifurqué vers les Galeries. Dans la gamme Cadet Rousselle nous avons trouvé de sublimes petites choses, dont 3 tee-shirts et 1 joli petit leggings.

Après ces petits achats nous avons continué direction H&M ou encore Zara. Mais aussi Petit Bateau. Rien ne nous a particulièrement attiré dans ces boutiques. Et les moindres choses qui me plaisaient (chez Zara notamment) étaient soit peu soldées, soit tâchées ou abîmées.  Ah j’oubliais! Monoprix fut aussi de la partie mais les rayons étaient maigres et moins soldés que sur la boutique en ligne. Quant à Aubert, rien de bien sensationnel non plus à notre goût.

Du coup les achats d’hier furent relativement très raisonnables, mais de si jolies petites choses qui ont suffi à notre bonheur.

Le don du sang de cordon

Ce matin, en feuilletant le magazine Famili de Décembre 2014 – Janvier 2015, je suis tombée sur un bref article sur le don du sang de cordon.

De nature plutôt curieuse, cet encadré rose a attiré mon regard.

L’article explique que le sang de cordon contient des cellules souches pouvant aider à lutter contre certaines maladies de type cancer. Mais, parce qu’il y a un « mais », toutes les maternités ne sont pas aptes à effectuer ce prélèvement, puisqu’elles ne peuvent pas le stocker.

"Life" Photo by  Remy Sharp / CC BY

« Life »
Photo by Remy Sharp / CC BY

Je me suis donc rendue sur le site Sang de cordon, qui explique l’utilité de l’acte (les greffons stockés sont envoyés aux quatre coins du monde), afin de savoir si la maternité où je souhaite accoucher appartient au Réseau français de sang placentaire, mais aussi les conditions pour pouvoir être donneur.

Intéressons-nous à cette partie là, qui peut faire ce don? Déjà il ne faut être majeure et ne pas souffrir de pathologies contre-indiquant le don, de type maladies génétiques, auto-immunes ou cancéreuses, ni présenter une grossesse compliquée. Le père ne doit pas être inconnu et comme la mère souffrir de maladie génétique. Du côté de la fratrie, pas de tumeur, de pathologie génétique également ou hématologique. Et enfin concernant le nouveau-né, celui-ci ne doit pas présenter de retard de croissance.

Ces conditions permettent de garantir la sécurité du receveur.

Si l’accouchement laisse place à des complications (présence de fièvre, naissance avant terme, souffrance fœtale aiguë,…) le don ne sera alors pas envisageable.

Je rappelle que le don est anonyme et gratuit même si cela sonne comme une évidence. Et je vous invite à vous rendre sur le site Sang de cordon afin de vous renseigner davantage sur ce geste si le coeur vous en dit.

Alors futures mamans, tentées?

L’échographie du second trimestre

"Lily" Photo by  Howard Ignatius / CC BY

« Lily »
Photo by Howard Ignatius / CC BY

Hier chéri et moi avions rendez-vous avec bébé pour l’échographie du second trimestre. Nous étions excités à l’idée de connaître le sexe de bébé. Désormais nous le savons mais je souhaite attendre quelques jours avant de vous le révéler, peu de proches étant encore au courant et le hasard pouvant les mener jusqu’ici.

Nous avons pu encore entendre battre le coeur de notre enfant, le voir bouger, réagir aux stimuli du médecin. L’examen fut assez long (une bonne demie-heure) mais nous n’avons pas vu le temps passer.

Le poids de bébé est estimé à environ 515g à 22 SA + 1 jour, ce qui semble en faire un beau bébé. Je m’inquiétais un peu sur ce point vu que la précédente écho avait révélé un Notch (d’après mes recherches et ce que j’en ai compris, cela révèle une artère utérine peu performante) à droite mais heureusement la gauche semblait bien prendre le relais.

Pas de malformation cardiaque ni autre révélée. Tout se passe à merveille.

Bébé a quand même encore fait des siennes, puisqu’il est allé cacher l’une de ses petites mains derrière sa tête avant que le médecin n’ait eu le temps de compter ses doigts. Il s’est aussi recroquevillé, le menton sur le coeur. Un vrai petit coquin le chérubin!

Dernière échographie prévue pour fin mars, le dernier rendez-vous avec bébé avant sa venue au monde.